Casino Batelière Plazza : 93 emplois en jeu…

0

La négociation, pour le renouvellement de la Délégation de Service Public, entre la Ville de Schoelcher et la SAS Casino Batelière-Plazza doit aboutir impérativement avant la fin du mois de juin 2012.

Pour se conformer aux textes administratifs, le Casino délégataire doit impérativement déposer en Préfecture, quatre mois avant le terme (31/10/2011) de son actuel Cahier des Charges, un dossier de demande de renouvellement pour l’exploitation de ses jeux. Parmi les pièces que doit contenir ce dossier il y a ce Cahier des Charges, d’une duré de 15 années (01/11/2012 au 31/10 2027) qui doit être signé entre la Ville de Schoelcher et son délégataire. Si ce Cahier des Charges n’était pas joint au dossier qui doit être remis en Préfecture pour la fin de ce mois, le Casino cessera définitivement son activité et devra licencier la totalité de ses 93 salariés.

La Commune de Schoelcher n’est pas satisfaite de l’offre financière proposée par son délégataire et elle refuse de signer le nouveau Cahier des Charges. 

Il faut savoir que les recettes des Casinos français ont baissé de plus de 20% depuis la saison 2007. Celles du Casino de la Commune de Schœlcher suivent le même mouvement en passant de 23.5 millions à 17.5 millions d’euros actuellement. Des modifications réglementaires pénalisantes et la dégradation de la conjoncture économique sont à l’origine du recul de la fréquentation des établissements de jeux. Au cours des cinq dernières années, les Casinos ont été frappés de plein fouet par le contrôle aux entrées des salles de jeux, l’interdiction de fumer, l’ouverture du jeu en ligne, et enfin par la crise économique mondiale.

En 2008 pour assurer la survie du secteur, l’Etat a diminué les prélèvements qu’il effectue sur la recette des jeux. Mais ces allégements ne sont pas suffisants pour maintenir les Casinos à flot, car leurs recettes ont continuées de baisser. Pour sauvegarder leur Casino, les Mairies d’accueil sont nombreuses à avoir réduit les prélèvements communaux. Mais la Ville de Schoelcher refuse, quant à elle, de voir baisser le revenu qu’elle perçoit de son Casino. Après avoir réclamé à son Casino une très forte augmentation de son prélèvement elle a révisé à la baisse ses prétentions en proposant le maintien de l’actuel barème de prélèvement. Or, si ce barème était reconduit il aurait un caractère confiscatoire et placerait le Casino Batelière-Plazza dans une situation de déficit structurel, ce que le délégataire refuse.

Les difficultés du Casino de Schœlcher n’ont pas été causées par le dérapage de ses dépenses, mais par la baisse de sa fréquentation et du pouvoir de jeux de sa clientèle, d’une part, et par le renforcement de l’offre de la Française des Jeux et du PMU, d’autre part. 

Il faut savoir que pour les besoins de son exploitation, le Casino de Batelière-Plazza achète pour plus de 3.4 millions d’euros de marchandises et de services, à des entreprises en très grande majorité martiniquaise, et verse plus de 4.3 millions d’euros de salaires à ses 93 salariés.

Sur les quatre dernières années, le revenu d’exploitation du Casino Batelière-Plazza a perdu plus de 2 millions d’euros. Il n’assure plus le financement du renouvellement des équipements du Casino (estimé à 1 200 000€/an). Afin de retrouver son pouvoir attractif, garantir ses emplois et retrouver de la croissance, le GROUPE COGIT holding du Casino Batelière-Plazza a pris l’engagement d’investir 17M€ sur la durée de la prochaine concession. Pour réussir ce pari ambitieux le Casino Batelière-Plazza a alors proposé de verser à la Ville de Schoelcher un prélèvement progressif alternatif en fonction des niveaux du produit brut des jeux réalisés.

Dans ce contexte fortement dégradé, le Casino Batelière Plazza considère qu’il ne peut plus verser 2.3 millions d’euros par an à la Mairie comme par le passé. Pour rétablir l’équilibre économique et financier de son activité, elle a proposé à la Commune de Schoelcher de lui verser sur la durée de la prochaine concession (15 ans) : 35M€. Malheureusement la Commune rejette cette proposition et fait totalement fi des explications de son délégataire qui démontrent qu’un péril réel sur la poursuite de l’activité existe. Elle reste fermée à toute autre proposition qui ne serait pas la reconduite, à minima, les prélèvements actuels. Cette exigence ne peut être acceptée par la société Casino Batelière-Plazza. 

Si la commune refusait de retenir le dispositif proposé par son délégataire, elle devra alors assumer la responsabilité d’avoir provoqué l’extinction du service public ouvert sur son territoire et la perte des 93 personnes qu’emploie le Casino Batelière-Plazza. La Ville ne peut pas contraindre un agent économique à réaliser une exploitation condamnée au déficit structurel, et donc à terme à la fermeture !

Le Casino Batelière-Plazza estime avoir été au bout de ce que la conjoncture lui permet de proposer pour permettre la reconduction du contrat visant à l’exploitation du service public et elle affirme sans détour que l’existence d’un contexte économique dégradé ne permet pas d’adhérer aux exigences exprimées par l’autorité délégante. La Direction du casino Batelière-Plazza et l’ensemble de son personnel espèrent vivement qu’à la lumière des différentes explications qu’elles ont fournies à la Ville de Schoelcher, celle-ci assurera la pérennité de la nouvelle concession et de ses emplois.

Share.

À propos de l'auteur

Laisser un commentaire

Vérification * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.