Centrale Galion 2 : Rétablissons les faits !

0

La tribune intitulée « La CTM peut, si elle le veut, arrêter Albioma » publiée le 16 octobre dans France Antilles contient des informations erronées, sinon partiales et trompeuses.

La production d’énergie et d’électricité en Martinique est un sujet sérieux et les Martiniquais ont droit à une information exacte et factuelle contribuant à répondre aux questions légitimes qu’ils se posent.

Albioma souhaite donc apporter les précisions suivantes sur son projet de centrale Galion 2 :

  1. Contrairement à ce qu’affirme cette tribune, les niveaux d’émissions de particules fines produites par la chaudière Babcock de la sucrerie sont, du fait de la réglementation existante, obligatoirement mesurés chaque année par un organisme indépendant. Une approche raisonnable et transparente de cette question aurait donc consisté à prendre connaissance de ces mesures afin de juger du niveau exact de pollution. Ce n’est, en tout cas, pas révéler un grand mystère de dire que la chaudière de la sucrerie est obsolète avec toutes les conséquences que cela induit sur le respect des normes environnementales. La proposition d’ALBIOMA est donc que la centrale Galion 2, équipée de dispositifs de traitement des émissions très performants et ultramodernes, se substitue à la chaudière de la sucrerie qu’elle contribuera ainsi à moderniser.
  1. Contrairement à ce qu’affirme cette tribune, le projet de centrale thermique au Galion fonctionnera entièrement à la biomasse par conséquent le système de quota de CO2, relatif notamment aux combustibles fossiles, ne s’applique pas à ce projet.
  1. Contrairement à ce qu’affirme cette tribune, le contrat de vente d’électricité de Galion 2 n’est assorti d’aucune clause d’efficacité énergétique imposant le recours à la cogénération. Il resterait donc parfaitement valide et viable indépendamment de la fourniture de vapeur à la sucrerie.
  1. Contrairement à ce qu’affirme cette tribune, la prime bagasse qui récompense l’utilisation efficace de la bagasse pour la production d’électricité à la Réunion et en Guadeloupe n’est pas instaurée en Martinique, mais si elle l’était, elle bénéficierait aux planteurs de canne à sucre et non à Albioma.
  1. Contrairement à ce qu’affirme cette tribune, la centrale ne pourra techniquement pas brûler du charbon car l’installation ne possède pas les équipements pour cela (ni broyeur charbon, ni alimentateurs charbon, ..).

Albioma considère qu’il est essentiel de rappeler que Galion 2, première centrale 100 % biomasse de Martinique, favorisera la transition énergétique de l’île vers plus d’énergie renouvelable. Elle permettra d’augmenter de façon significative la stabilité du réseau électrique, au profit de tous les martiniquais, de réduire la pollution sur le site du Galion et de pérenniser l’activité de la sucrerie à moindre coût pour celle-ci.

Nicolas de FONTENAY – Directeur des Exploitations aux Antilles – Albioma

Share.

À propos de l'auteur

Laisser un commentaire

Vérification * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.