Collaborer avec la Chine pour traiter le problème des Sargasses ?

2

Dans un courrier adressé aux décideurs de Martinique, le CIOA fait le point sur le dossier Sargasses, et les partenariats possibles avec la Chine.

Mesdames, Messieurs,

Le CIOA (www.cioa.com) enregistre en permanence et de façon récurrente une demande de la part de certains élus de Martinique, quant à la recherche de solutions pour le dossier « SARGASSES ». Le CIOA ayant déjà porté à la connaissance de certains décideurs Martiniquais des solutions possibles avec la Chine, à ce jour aucune suite n’a été donnée aux propositions du CIOA.

En effet, le CIOA tient à mettre en avant son partenariat stratégique avec la République de Chine. Le CIOA s’allie au CIECC (Centre International du Commerce Electronique de Chine – Ministère du commerce République de Chine) pour ouvrir les voies d’une plus grande coopération entre les entreprises francophones et chinoises.

S’agissant du dossier « SARGASSES », le CIOA tient à porter à la connaissance des élus, décideurs et autres intervenants de ce dossier des éléments suivants, et de sa position actuelle quant à son éventuel positionnement sur ce dossier :

1/ CONTEXTE :

Le CIOA a sollicité ses partenaires chinois du CIECC pour qu’ils nous aident dans la recherche d’une technologie pour détruire ces sargasses, ils ont trouvé que c’était un projet insensé que de vouloir les détruire, sans régler le problème à la cause (Ils ont raison). Ceci d’autant que sur les anciennes cartes marines, le triangle des Bermudes est aussi appelé Mer des Sargasses, et la littérature ancienne aussi fait état des aventures des marins explorateurs dans cette mer des sargasses.

  • Les sargasses sont la base de la nourriture des concombres de mer, nourriture particulièrement appréciée des peuples d’Asie, Chine en tête.
  • Les Sargasses sont aussi couramment utilisées en Asie comme fertilisant, sans compter ses multiples applications thérapeutiques.

Nos amis chinois sont des importateurs de concombres de mers, consommés séchés comme dans certaines îles de la Caraïbe (Haïti notamment). Ils sont près à nous aider à mettre en place :

  • autant une unité de traitement des sargasses en poudre
  • l’aquaculture des concombres
  • que le traitement des animaux matures allant jusqu’à leur séchage et le conditionnement pour l’export.
  • Le concombre de mer est aussi très indiqué pour la fabrication de compost bio, et l’alimentation du bétail.

Le CIOA/CIECC dispose des partenaires pour fournir les équipements, le savoir faire et l’ouverture sur les marchés export pour transformer cet immense problème en opportunité.

2/ PROPOSITION :

Pour mettre en place une telle opération, il faut :

  • évaluer le volume de sargasse à traiter
  • valider les orientations en matière de transformation.
  • Le budget pour une telle entreprise n’est pas exorbitant et une exploitation qui a du sens au niveau du volume à produire peut être réalisé à partir de 500 – 750 K€.

Mais c’est une étude préliminaire qui peut permettre de bien cerner cette affaire, et une réelle volonté politique pour ce dossier.

L’équipe CIOA 

Share.

À propos de l'auteur

2 commentaires

  1. les sargasses sont un probleme esthetique plus que biologique. j.aimerai rejoindre l.eventuels groupe d.etudes du probleme ou un soutien pour creer se groupe d.etudes du probleme des sargasses. afin de rejoindre des perspectives d.avancement economique verte. plutot que de destructions macabres
    dans l.attente d.une reponse favorable a ce mail
    cordialement
    mr corbet

Laisser un commentaire

Vérification * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.