L’arrêt du traitement aérien de la banane aura des conséquences dramatiques pour la Martinique.

0

Inquiet des graves conséquences de la décision du tribunal administratif sur l’avenir de la filière agricole et sur l’équilibre général des territoires et de l’économie de l’île, le MEDEF Martinique demande que soit maintenu le traitement aérien de la banane, seul moyen de combattre aujourd’hui la cercosporiose noire. Le Président Philippe JOCK publie le communiqué ci-dessous :

L’annonce par le Tribunal Administratif de Fort-de-France de la suspension de l’épandage aérien est un mauvais coup porté à la filière banane et aux zones rurales tant sur le plan économique que social.

En effet, ce ne sont pas moins de 800 exploitations agricoles et 5000 salariés qui subiront les conséquences négatives de cette décision.

Avec l’arrêt de cette technique à la Martinique, les producteurs se retrouvent impuissants face au risque de dégradation de la qualité de la banane exportée, nous exposant ainsi à terme, au risque de la disparition de la banane en Martinique.

Il est fondamental de maintenir l’épandage aérien, seule technique efficace à ce jour pour lutter contre la cercosporiose noire, tout en préservant la santé de la population.

L’équilibre global de notre agriculture en dépend.

Le MEDEF Martinique interpelle les autorités sur les conséquences dramatiques auxquelles peuvent être exposées notre île et notre économie.

Philippe JOCK, Président du MEDEF Martinique

Share.

À propos de l'auteur

Laisser un commentaire

Vérification * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.