Le point sur la réunion pêche au ministère des Outremers

0

Après un démarrage houleux et le retrait fracassant des députés Alfred Marie-Jeanne et Jean-Philippe Nilor, la réunion relative à la situation des marins pêcheurs s'est finalement tenue comme prévu au ministère des Outremers. Aux termes de 4h de discussion, le Conseil Régional de Martinique publie le communiqué suivant :

La réunion prévue dans les accords de suspension du conflit des marins pêcheurs s’est tenue ce mardi 15 janvier au ministère des Outremers, à l’invitation du Ministre de la Pêche Fréderic Cuvillier, et en présence du Ministre des Outremers Victorin Lurel. Elle s’est déroulée dans un état d’esprit très constructif qui ouvre des réelles perspectives de développement de la pêche en Martinique.

Ont participé à cette séance de travail : le Sénateur Maurice Antiste, les Députés Bruno Nestor Azérot et Serge Letchimy, le vice-président du conseil général David Zobda, le président de la commission pêche du conseil général Luc Degranmaison, le président de l’espace sud Eugene Larcher, la présidente du S.I.M.P.M, (syndicat indépendant des marins pêcheurs martiniquais) Madame Marie Adémar, le président du SAPEM (syndicat des artisanats pêcheurs et des éleveurs marins) Elie Eustache Rools, le président du C.R.P.E.M. (comité régional des pêches et de l’aquaculture marine) Olivier Marie Reine, et le président du comité national des pêches, Gérard Romiti.

Après 4h de réunion, l’ensemble des participants note les avancées suivantes :

  1. la reconnaissance au plus haut niveau de l’Etat de la gravité de la situation du secteur de la pêche en Martinique touché aussi par la pollution à la chlordeconne.
  2. la validation globale de l’ensemble des points du protocole d’accord de suspension de conflit signé le 30 décembre 2012.
  3. le versement dans les plus brefs délais de l’aide d’extrême urgence par l’Etat et les collectivités.
  4. un engagement ferme de l’Etat, de soutenir et d’accompagner les négociations sur les dettes sociales et fiscales conformément au point 02 du protocole d’accord.
  5. un engagement de l’état sur un agenda de travail permettant de tenir compte à la fois des politiques locales de développement et des modifications à venir de l’article 349 du Traité Européen sur la filière pêche.

Compte tenu de la complexité de la situation, et de la nature des enjeux, une vigilance s’impose.

Share.

À propos de l'auteur

Laisser un commentaire

Vérification * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.