L’impact économique de la filière Canne-Sucre-Rhum en Martinique : la conférence de Erick Eugénie et Charles Larcher.

0

La 2ème conférence des Ateliers du Rhum et de la Canne, qui se sont tenus les 17 et 18 novembre dernier au Château de la Favorite, était animée par Charles LARCHER et Erick EUGENIE et avait pour thème : « la filière Canne-sucre-rhum, impact économique » 

Voir ici la conférence complète

La filière canne : Avec 201 planteurs sur une surface de 3.900 ha en 2016, la canne est la 2ème culture agricole de Martinique. Il s’agit d’une culture propre qui présente un bilan carbone positif et qui contribue à l’aménagement du territoire. Mais les volumes récoltés (226.000 tonnes), bien qu’en progression, sont encore très inférieurs aux besoins industriels qui s’élèvent à 300.000 tonnes. La situation des planteurs est très fragile, d’autant que les aides européennes auxquelles ils peuvent prétendre sont très difficiles d’accès.

Le sucre : Il ne subsiste plus qu’une seule unité de production en Martinique, l’usine du Galion dont les besoins tournent autour de 100.000 tonnes, pour seulement 50.000 tonnes effectivement broyées. Bien que structurellement déficitaire, son existence participe à l’équilibre de la filière.

Le Rhum : 7 distilleries de Rhum Agricole, une distillerie de rhum industriel (le Galion), 1.500 emplois directs et indirects. Les besoins en canne des distilleries sont de 200.000 tonnes pour une consommation effective de 170.000 tonnes.

La filière rhum représente environ de 150 millions d’euros dans l’économie locale. Depuis un siècle, elle parcourt un chemin d’excellence (distilleries agricoles – Label Rouge – AOC…), et agrège des compétences de plus en plus pointues et des métiers à haut niveau de professionnalisation. 85% du rhum martiniquais est exporté dans près de 100 pays dans le monde. Si la consommation baisse en Martinique, elle augmente régulièrement en France hexagonale et très fortement dans le reste du monde, notamment sur les segments premium et super premium.

La stratégie de développement export des rhums de Martinique s’appuie sur la revendication claire de l’origine Martinique dans une démarche de premiumisation (produit de luxe) et d’innovation. Elle s’appuie également sur les tendances du spiritourisme et sur les valeurs de la French Caribbean Touch. Cette stratégie de niche permet aux rhums de Martinique d’exister dans l’imaginaire des consommateurs du monde entier avec une image d’excellence.

Mais ce succès marketing mondial atteint ses limites face aux difficultés des planteurs locaux à récolter d’avantage de cannes d’une part, et devant les contraintes européennes qui limitent les contingents de rhum AOC sur le marché national d’autre part !

Les grands enjeux de la filière sont en effet de trois ordres :

  • Retrouver des volumes de récolte de cannes, notamment en augmentant les rendements.
  • Développer et consolider les contingents pour le Rhum des DOM sur le marché français.
  • Protéger l’AOC pour faire de l’origine Martinique le fer de lance de notre image mondiale.

Et aussi, devenir la patrie mondiale du Rhum…

Logos partenaires Ateliers du Rhum

Share.

À propos de l'auteur

Laisser un commentaire

Vérification * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.