Où sont les cochons ? Une campagne qui dérange…

0

Quand le doigt montre la lune, l’imbécile regarde le doigt.

Depuis quelques jours, les cochons font parler d’eux en Martinique : une campagne de sensibilisation intitulée « Où sont les cochons ? » invite les martiniquais à ouvrir les yeux et à signaler les communes où fleurissent les décharges sauvages d’ordures.

L’objectif est simple : frapper les esprits pour obtenir une prise de conscience citoyenne en faveur de notre environnement.

Pour y parvenir, les promoteurs de cette campagne n’ont pas choisi une communication « à l’eau de rose » politiquement correcte qui ne dénonce rien ni personne et qui n’obtiendrait au mieux qu’un petit consensus tiède sinon de l’indifférence.

Non. Ils ont choisi de marquer les esprits par une communication suffisamment « choc » pour faire parler d’elle et susciter des débats, et suffisamment impliquante pour que chaque citoyen puisse apporter sa pierre. Ils ont choisi l’efficacité.

« Où sont les cochons ? » dénonce clairement les mauvais comportements et met chacun devant ses responsabilités.

Force est de constater que le premier objectif est atteint : la campagne fait parler d’elle. Les médias et les réseaux sociaux s’en sont emparé, et le débat s’est ouvert. Nombreux sont ceux qui s’expriment, soit pour soutenir l’initiative de l’association Entreprises & Environnement et dénoncer les situations inacceptables de pollution quotidienne, soit au contraire pour s’indigner d’une telle démarche de communication. Ces derniers sont ceux qui montrent le doigt.

On peut en effet lire des tribunes extrêmement critiques à l’égard de cette campagne, certaines d’entre elles allant jusqu’à lui enlever toute légitimité au prétexte que des personnes ayant travaillé à sa conception ne seraient pas de la bonne couleur : « comment des non-endogènes (sic) peuvent-ils se permettre de donner des leçons de propreté aux Martiniquais ? » Puis, à l’avenant : « avant de nous traiter de cochons, qu’ils dénoncent les responsables de la pollution des sols au chlordecone » (et je passe les insultes)… Si je comprends bien le drame du chlordecone doit nous dédouaner de toutes actions contre les VHU et les décharges sauvages ?

Je veux rappeler une vérité simple : cette campagne n’a pas d’autre objectif que servir le bien commun de la Martinique ! Elle est portée par une association qui regroupe des entreprises martiniquaises dans lesquelles travaillent des hommes et des femmes de toutes les couleurs. Elle est conçue par une agence de communication martiniquaise dans laquelle travaillent des hommes et des femmes de toutes les couleurs. Ouvrir le procès en illégitimité chromatique est profondément choquant et relève d’une pensée raciste d’un autre temps. Cette campagne est portée par des citoyens martiniquais qui ne veulent qu’une chose : que la Martinique soit propre et belle. Point.

Enfin, jamais cette campagne n’a dit que « les Martiniquais sont des cochons » ; quelle malhonnêteté que d’instruire un tel procès ! En revanche qu’il y ait des cochons en Martinique, je persiste et signe !

Emmanuel de Reynal

Share.

À propos de l'auteur

Laisser un commentaire

Vérification * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.