SOS #MartiniqueAttractive !

0

Contact-Entreprises publie ce jour une page dans le quotidien France-Antilles en vue de relayer le sentiment d’inquiétude des chefs d’entreprise de Martinique et d’alerter l’opinion publique sur la nécessité d’opérer un choc en faveur de l’attractivité du territoire. Le texte est titré « SOS #MartiniqueAttractive » :

La Martinique se dépeuple. Chaque année, c’est l’équivalent d’une commune de la taille des Anses d’Arlet qui disparaît : 3.500 habitants ! Un choc démographique sans précédent qui s’accompagne du vieillissement accéléré de la population et de son appauvrissement.

Si nous ne changeons rien, nous allons droit dans le mur. Nos forces seront de moins en moins vives et notre déclin de plus en plus fort.

Nous n’avons pas d’autre choix que de réagir, et de tout faire pour rendre la Martinique plus attractive : donner envie de rester, de venir, de revenir… voilà notre grand défi, un défi qui nous engage tous.

Nous sommes aujourd’hui 376.847 à vivre sur le territoire de Martinique. Si chacun d’entre nous prend conscience de sa responsabilité personnelle dans ce combat de l’attractivité, notre pays pourra alors espérer devenir un champion économique, social et culturel. Un champion d’espérance pour tous ses habitants.

Nos institutions publiques ont un rôle moteur à jouer pour créer ce mouvement des consciences. Elles doivent impérativement s’afficher comme des accélérateurs de projets.

La Martinique ne manque pas de projets. Au contraire, elle en regorge. Mais, pour voir le jour et créer des emplois, ces projets doivent souvent passer par les « services instructeurs » des collectivités ou par les services de l’Etat. Et la vérité oblige à dire que ces services sont souvent des freins qui allongent indéfiniment le « parcours du combattant ». Pendant des mois, voire des années ! Ils peuvent même devenir des cimetières puisque trop souvent, les projets ne ressortent plus. L’investisseur est alors contraint de renoncer ou d’aller ailleurs.

En résumé, sans services administratifs publics mobilisés à 100%, les projets d’entreprise n’aboutissent pas et la création d’emplois est impossible.

La Martinique redeviendra attractive :

  • Quand les entrepreneurs, qu’ils viennent d’ici ou d’ailleurs, seront accueillis avec la volonté vraie de voir leurs projets aboutir. Les institutions publiques doivent maintenant changer de braquet pour accélérer le traitement des dossiers et faciliter leurs mises en œuvre. L’horloge publique doit être la même que l’horloge privée. Il faut faire vite, beaucoup plus vite.
  • Quand les dossiers éligibles aux fonds européens qui servent à consolider les projets d’entreprises, seront traités dans des délais raisonnables. Il faut en la matière un véritable « Plan de Priorité». Le rythme actuel qui risque de mener au « dégagement d’office », c’est-à-dire à la perte définitive de ces fonds, est inquiétant.
  • Quand chaque investisseur bénéficiera d’un accueil bienveillant, plutôt qu’un accueil critique ou méfiant. L’affichage public vis à vis des porteurs de projet est un facteur essentiel de création de confiance, et donc d’attractivité.
  • Quand une stratégie Territoriale d’attractivité construite sur nos atouts sera clairement exprimée. Cette stratégie doit choisir le tourisme comme axe prioritaire. Miser sur le tourisme pour relancer l’économie martiniquaise et s’appuyer sur nos atouts – le rhum, la mer, l’économie bleue, la biodiversité… pour lui donner une force distinctive.
  • Quand nous tournerons définitivement le dos au « Martinique Bashing », et quand nous emploierons nos énergies à valoriser notre territoire, notre histoire, notre culture, nos filières d’excellence et nos entreprises, ici et ailleurs.
  • Quand les collectivités travailleront étroitement avec les entreprises, dans un cadre de rencontres régulières, comme cela avait été proposé lors de la campagne électorale de 2015.
  • Quand

Le livre #MartiniqueAttractive est téléchargeable gratuitement ici

Share.

À propos de l'auteur

Laisser un commentaire

Vérification * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.