Table ronde n°3 : « Et si la mer était une “terre d’élevage” ? »

0

Cette table ronde s’est tenue au port de Plaisance du Marin, dans le cadre des Ateliers de la Mer, Mercredi 22 avril 2015

Participants :

  • Lionel REYNAL de l’Unité Biodiversité et Environnement de l’IFREMER Martinique a évoqué la raréfaction des ressources : « trop de pêcheurs pour moins de poissons »,
  • François TOURNIER, Pêcheur Armateur, porteur du projet « Thonier du futur », est intervenu sur la nécessité d’une filière de pêche à voile,
  • Elie Eustache ROOLS, Président de la commission pêche du Comité des Pêches, a témoigné des difficultés que rencontrent les pêcheurs et notamment des crises de vocation : 25% des pêcheurs ont l’âge de partir à la retraite,
  • Louis LUSBEC et Brigitte DOPPIA, membres de la COOPAQUAM (Coopérative aquacole), ont témoigné des difficultés de cette filière prometteuse mais amoindrie par des aléas,
  • Emmanuel THOUARD, Responsable de station à l’IFREMER, a d’ailleurs fait une intervention spécifique à l’aquaculture en évoquant les opportunités offertes par la diversification des espèces.
  • Katia ROCHEFORT, Directrice du Pôle agroalimentaire régional (PARM) est intervenu sur les problématiques de transformation, de labellisation  et de commercialisation.

Compte-rendu de la table-ronde :

Le nombre de poissons a diminué de moitié en 25 ans estime Lionel REYNAL (IFREMER). Pour lui, les sites de pêche sont surexploités, et les populations ne se renouvellent plus : moins de poissons pour « trop » de pêcheurs.

La consommation de poissons par habitant a également baissé. Cette baisse est due en partie au tarif élevé du poisson frais local, qui souffre de l’évolution des coûts d’exploitation des marins-pêcheurs, et en particulier des fortes augmentations du prix des carburants.

Les marins-pêcheurs sont obligés d’aller de plus en plus loin, et donc de consommer de plus en plus de carburant, sur des embarcations inadaptées, pour des prises de moins en moins bonnes.

Un autre phénomène, le vieillissement des marins-pêcheurs : 25% d’entre eux ont atteint l’âge de la retraite. Ils n’ont pas d’autres choix que de continuer leur activité, en renforçant la pression de pêche sur les zones côtières proches, celles précisément qui devraient être provisoirement préservées afin de permettre à la faune de se régénérer.

La solution passe par une ré-organisation des métiers qui permettrait aux pêcheurs d’étendre leur zone de pêche en épargnant les zones de reproduction et les « petits gabarits » de poisson.

François TOURNIER, pêcheur-armateur, porteur du projet « Thonier du futur » propose de mettre sur pied de nouvelles embarcations, mieux adaptées aux contraintes locales : Les Thoniers du Futur, ce sont 10 voiliers de pêches de 24 mètres pour 130m2 de voilure, confortables, équipés de sonars à poissons et des technologies modernes.

Il propose ainsi une pêcherie rentable et propre en Martinique, qui permettra en parallèle de structurer une filière de construction navale sur place. Il estime les coûts de carburants 7 à 20 fois moins élevés grâce à la voile ! Et bien entendu, ces embarcations permettent d’aller beaucoup plus loin : « Croyez-le ou non, le poisson du Plateau de Guyane meurt de vieillesse ! » affirme François TOURNIER.

Il a été aussi question de revaloriser le métier de matelot et travailler d’avantage en mode équipage. Ce qui participerait à la professionnalisation du secteur, tout en ouvrant des pistes de métiers, et donc d’emplois.

Même si, persiste Lionel REYNAL, il faudrait faire en sorte de diminuer le nombre de pêcheurs en attendant que la faune se reconstitue.

Pour l’aquaculture, il semble que les délais entre l’idée et la concrétisation des projets soient extrêmement longs. Par ailleurs la filière est sans cesse confrontée à des problèmes d’aliments pour les poissons (parfois mal adaptés) et de vols de cages… Les aquaculteurs se sentent esseulés. Il s’agit pourtant d’un secteur à fort potentiel, qui devrait être un pilier de l’autosuffisance alimentaire et contribuer à la gestion des ressources naturelles.

Documentation :

Partenaires Atelier de la Mer

Partenaires Gold

Merci également aux Entreprises ABADIE, INFODOM, ARDENT, Antilles Bureaux, Groupe SEEN, Tuernal Vatran Traductions et EGC Martinique pour leur soutien militant.

Share.

À propos de l'auteur

Laisser un commentaire

Vérification * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.